Big Data VS Small Data

On pourrait croire que tout oppose Big Data et Small Data. En réalité, ces deux notions se complètent. Leur analyse aide de jeunes marques ultra-digitalisées comme de grands groupes de cosmétique et de parfumerie à personnaliser leurs offres.

Big ou Small, quelles différences dans la data ?

Le Big Data, c’est cet océan de millions de données que toute entreprise recueille dans le temps à travers son activité mais qu’aucun être humain n’est capable d’analyser. Seuls de puissants algorithmes peuvent en extraire de précieux enseignements statistiques.

A l’inverse, avec le Small Data, un cerveau humain suffit. Il s’agit là d’informations accessibles et en quantité limitée, faciles à comprendre et à analyser. Ces données de qualité, parfois négligées par les entreprises, peuvent améliorer la prise de décision à court terme.

Un même objectif : la personnalisation

L’analyse du Big Data est l’apanage des data scientists. Elle vise à faire émerger des prédictions, des tendances de consommation et de goûts, affinées en fonction de critères précis (âge, localisation, niveau d’éducation…).

Dans l’univers de la beauté, certaines maisons exploitent son potentiel afin d’améliorer la composition de parfums ou de produits cosmétiques, ou encore de mesurer l’importance des revendications bio ou végan dans les choix des consommatrices. Surtout, elle permet de propulser des marques dans l’ère de l’ultra-personnalisation, depuis la conception d’un produit jusqu’à sa vente.

Small is beautiful ?

Pendant ce temps-là, le Small Data émerge. Plus difficile à cerner, il n’en reste pas moins prometteur pour des marques de parfumerie-cosmétique confrontées à une clientèle mouvante et exigeante. Avec lui, des tests consommateurs en boutique deviennent de véritables mines d’informations. En quantité limitée, certes, mais à forte valeur et accessibles en temps réel. Bien analysées, elles valent de l’or.