La donnée peut-elle être éco-responsable ?

Au cœur d’un mouvement de transformation de la société et de l’économie, le numérique est partout. Son usage comme la production de ses équipements génèrent une forte augmentation de la consommation énergétique. Ainsi, l’importante empreinte énergétique associée aux flux de données, à leur traitement et à leur stockage contribue fortement au réchauffement climatique. Alors, comment le secteur de la parfumerie-cosmétique peut participer à la réduction de l’empreinte énergétique et écologique de ses usages numériques et  les rendre plus éco responsable ?

UN USAGE RAISONNÉ

Dans ce contexte de transition numérique de nouveaux modèles économiques apparaissent, et l’accès immédiat à l’information comme à la communication, en très forte augmentation et devenus indispensables, sont de plus en plus énergivores.

Cependant, une alternative consiste à développer un usage raisonné du web et des outils numériques passant par des actions de type, établir un mailing list par projet, supprimer les mails inutiles, rationaliser les envois en limitant les pièces jointes, optimiser le matériel, échanger en interne en privilégiant les boîtes de dialogue, mettre en réseau les documents de travail, mutualiser les ressources pour réduire le nombre de serveurs et choisir d’héberger ses serveurs dans un data center avec un bon indicateur d’efficacité énergétique (PUE < 1.7).  

L’UTILISATION DE GREEN DATA CENTERS 

Aux grandes quantités d’informations échangées par les entreprises viennent s’ajouter des gros volumes de données stockés via le cloud, une externalisation  grande dévoreuse d’électricité. Les data centers demandent de l’espace et produisent beaucoup de chaleur.

Par contre, les green data centers, avec des matériaux de construction à faible émission, des technologies énergétiques alternatives, l’optimisation du stockage des données, la miniaturisation des composants informatiques réduisent leur consommation énergétique de plus de 70%.

En faisant le choix d’une politique énergétique vertueuse, l’entreprise impose une image de marque positive et s’inscrit dans une dynamique éco responsable nécessaire.

Où se trouve la data dans la parfumerie-cosmétique ?

Omniprésente et volumineuse, la data générée par l’usage des technologies  numériques impulse de nouvelles dynamiques en marketing comme dans la transformation et la gestion du secteur industriel de la parfumerie-cosmétique. Collecter et analyser toutes ces données représentent un levier de performance, d’optimisation de la production et en même temps permet de décrypter les centres d’intérêts et l’état émotionnel des utilisateurs afin de personnaliser son expérience, d’anticiper les changements et de gagner un avantage sur la concurrence. 

DATA ET MARKETING

Dans ce domaine, l’analyse des data permet de mieux cibler et cartographier les consommateurs de manière à définir ses différents comportements afin de vendre plus efficacement les produits, d’affiner une offre sur mesure et s’orienter vers sa personnalisation.

Qu’il s’agisse d’achats sur internet ou en magasin, de préférences notifiées sur les réseaux sociaux ou d’historiques de navigation sur internet (cookies), les données générées par ces actions servent de références pour définir un profil en temps réel. Un référentiel data, à la mesure de chacun, pour proposer une expérience utilisateur de qualité en phase avec la demande.

DATA ET FORMULATION

Lors de la phase de recherche et développement, l’optimisation d’une formule cosmétique ou encore la maximisation de la perception sensorielle d’un parfum sont quelques-uns des champs d’investigations possibles que permettent le traitement  et l’analyse de la data grâce à d’importantes bases de données (de matières premières, de perceptions sensorielles, de préférences consommateurs) liées entre elles par de puissants algorithmes.

DATA ET PRODUCTION 

Au cœur du système de production, la prise en compte et le croisement des données en temps réel permettent de collecter de multiples renseignements via des capteurs et de la connectivité.

Il s’agit d’informations provenant des équipements lors de la fabrication des produits (températures, dosage de matières premières,…), d’autres provenant de l’état du matériel (diagnostic moteur, maintenance,…), de celles correspondant aux données qualité du produit ou encore des données découlant des flux logistiques. 

L’utilisation de la data peut-elle être éthique ?

Le numérique introduit dans l’industrie de la parfumerie-cosmétique une transformation profonde et avec l’exploitation de la data provoque de nouvelles opportunités économiques, accompagnées de nouvelles problématiques éthiques. Le public, réclame l’adoption de pratiques plus respectueuses des droits fondamentaux des personnes et des valeurs de la société. Ces nouvelles contraintes, peuvent devenir un argument qualitatif déterminant.

MENER UNE REFLEXION ÉTHIQUE 

La réflexion éthique permet à l’entreprise de déterminer les valeurs qui constituent des raisons d’agir, acceptables par l’ensemble de la société. Le boum de la Data, de son côté, a créé un déséquilibre profond, un sentiment de dessaisissement et d’intrusion forcée de la sphère intime et personnelle. 

Le traitement rapide d’une grande quantité de données et la possibilité d’établir des corrélations et des prédictions soulèvent de nombreuses questions qu’il faut prendre en compte rapidement pour éviter le risque d’une fracture profonde avec les aspirations du public :

  • La protection et le respect de la vie privée.
  • La confidentialité.
  • La neutralité et la transparence.
  • L’identité.
  • Le droit à l’oubli.
  • Le consentement explicite.
  • Le droit d’accès et de rectification.  

La démarche éthique de l’entreprise vise donc, à rechercher un équilibre réfléchi, à établir un climat de confiance avec son client, dont elle peut tirer bénéfice tout en le valorisant. Le client devient un partenaire conscient et volontaire.

 Pour devenir éthique la data doit répondre à des exigences fortes et être :  

  • Responsable.
  • Sécurisée. 
  • Utile au business sans nuire aux droits des utilisateurs.

 La réflexion éthique de l’entreprise consiste à se donner ses propres lignes de conduite, un acte de responsabilisation d’engagement et d’intégrité.

QWANT, UN CAS INSPIRANT

Début 2019, Qwant, a présenté Qwant causes,son moteur de recherche solidaire. Comme Lilo et Ecosia, il permet de financer un projet solidaire tout en effectuant des recherches, en respectant la vie privée des utilisateurs, en protégeant les données personnelles et l’usage des données.

Une réflexion éthique bien menée sur la data établit une relation gagnant/gagnant entre les collecteurs et analystes de la donnée, les entreprises qui les exploitent et leurs clients, conciliant ainsi rentabilité, respect de la vie privée et personnalisation des services.

Big Data VS Small Data

On pourrait croire que tout oppose Big Data et Small Data. En réalité, ces deux notions se complètent. Leur analyse aide de jeunes marques ultra-digitalisées comme de grands groupes de cosmétique et de parfumerie à personnaliser leurs offres.

Big ou Small, quelles différences dans la data ?

Le Big Data, c’est cet océan de millions de données que toute entreprise recueille dans le temps à travers son activité mais qu’aucun être humain n’est capable d’analyser. Seuls de puissants algorithmes peuvent en extraire de précieux enseignements statistiques.

A l’inverse, avec le Small Data, un cerveau humain suffit. Il s’agit là d’informations accessibles et en quantité limitée, faciles à comprendre et à analyser. Ces données de qualité, parfois négligées par les entreprises, peuvent améliorer la prise de décision à court terme.

Un même objectif : la personnalisation

L’analyse du Big Data est l’apanage des data scientists. Elle vise à faire émerger des prédictions, des tendances de consommation et de goûts, affinées en fonction de critères précis (âge, localisation, niveau d’éducation…).

Dans l’univers de la beauté, certaines maisons exploitent son potentiel afin d’améliorer la composition de parfums ou de produits cosmétiques, ou encore de mesurer l’importance des revendications bio ou végan dans les choix des consommatrices. Surtout, elle permet de propulser des marques dans l’ère de l’ultra-personnalisation, depuis la conception d’un produit jusqu’à sa vente.

Small is beautiful ?

Pendant ce temps-là, le Small Data émerge. Plus difficile à cerner, il n’en reste pas moins prometteur pour des marques de parfumerie-cosmétique confrontées à une clientèle mouvante et exigeante. Avec lui, des tests consommateurs en boutique deviennent de véritables mines d’informations. En quantité limitée, certes, mais à forte valeur et accessibles en temps réel. Bien analysées, elles valent de l’or.

Cosmetic Next 2019 – Et si la beauté du futur passait par la data ?

Qu’elle soit big, smart, open ou small, la data est une chance pour la filière. Le 28 novembre 2019, à Chartres, Cosmetic Valley et Chartres métropole donnent rendez-vous à 150 professionnels pour une journée de découverte exceptionnelle consacrée au pouvoir des données.

L’avenir de la filière beauté s’écrit aussi avec les nouvelles technologies. Cette conviction, partagée par tous les acteurs de la Cosmetic Valley et Chartres métropole, forme la raison d’être de Cosmetic Next, la journée annuelle d’échanges dédiée à l’innovation. Cette année, professionnels et spécialistes vous invitent à explorer la galaxie data dans toutes ses dimensions.

Mises au service des entreprises comme des utilisateurs, les données sont appelées à occuper une place toujours plus importante au cœur des stratégies de rayonnement de notre filière. La Cosmetic Valley, pôle de compétitivité de la cosmétique et des sciences de la beauté et du bien-être, a pour mission d’accompagner le Made in France vers le changement.

« Prenez le pouvoir par vos données ! »

Mais maîtrisez-vous les notions de big, smart, small ou open data ? Savez-vous exploiter le potentiel des données au profit de votre entreprise ? Ces questions, des spécialistes reconnus y répondront au cours de conférences, ateliers et temps d’échanges.

En ouverture, Xavier Cardon (Co-fondateur de Sutter Mills) et Aurélie Bastian (consultante à Sutter Mills), experts de la stratégie data des entreprises, livreront d’indispensables clés de compréhension. Où trouver les données ? Pourquoi et comment les exploiter ? Comment peuvent-elles générer un gain de performance ? Le tout illustré par autant d’études de cas concrets.

Des ateliers de réflexion pour stimuler la créativité avec la data

Cosmetic Next mise sur la créativité et l’intelligence collective. Des dirigeants de startups issus de différents secteurs d’activités viendront transmettre leur savoir et leur vision au cours d’une session de pitchs inspirants.

Et grâce à deux ateliers thématiques, les 150 participants seront invités, à leur tour, à mener une réflexion collective autour des défis posés par la data aujourd’hui et pour les années à venir.

Envie de nous rejoindre ? Retrouvez ici toutes les informations pratiques de la journée Cosmetic Next 2019.

© 2019 Cosmetic Valley - Chartres Métropole - neodigital